12 août 2009

 

FOULARD, NIQAB, BURQA : DEFENDONS LA LIBERTE DE CHOIX

***
Marxistes Unitaires sortent un 4 pages contre l'islamophobie. En voici un extrait ...

En 2009 des députés de droite et de gauche (3 membres du PCF et 7 du PS) s’en prennent à une poignée de femmes qui portent le niqab ou la burqa (des voiles qui couvrent tout ou une partie du visage). Ils veulent les bannir de l’espace public. Une des conséquences d’une telle loi serait de renvoyer des femmes voilées à la maison. Est-ce que c’est cela qu’ils veulent ?

Quoi qu’il en soit, ils encouragent les pires racistes et les nostalgiques du colonialisme qui fantasment au sujet des musulmanes ‘porteuses de bombes’.

Nous sommes résolument opposés à toute nouvelle loi. Nous défendons un principe simple : la liberté de choix. Ce n’est pas aux hommes de dicter comment les femmes doivent s’habiller. Ce n’est pas aux médias, aux partis, aux députés, aux institutions de le faire, non plus.

Porter un foulard ou un voile (ou une barbe !) islamique, un turban sikh, un crucifix ou une kippa ne nuit en soi aucunement aux droits de l’autrui. Librement assumées, ces pratiques religieuses ne concernent que ceux et celles qui les choisissent.

Ce principe vaut pour tout(e) citoyen(ne) quelque soit sa fonction. Quand Nicolas Sarkozy dit, suivi de la gauche toute entière, « les fonctionnaires ne doivent pas avoir de signe visible de leur appartenance religieuse (...). C'est ce que nous appelons l'impartialité de l'administration, la laïcité », nous répondons qu’il porte atteinte aux droits des salariés. En quoi le fait de porter un voile ou un turban nuit à la qualité du service public ? Les salariés du secteur public doivent avoir les mêmes droits de ceux du privé.

Mais il faut aussi reconnaître que, aujourd’hui en France, il est difficile pour une femme voilée quelque soit son niveau de qualification de trouver un emploi salarié en dehors de la communauté musulmane, et que des discriminations existent dans les domaines du logement et des équipements collectifs, dans le secteur public comme dans le privé.

Le véritable problème, ce n’est pas une quelconque « atteinte à la laïcité » (c’est le principe de la neutralité des institutions, de l’égalité d’accès aux services publics) mais le racisme et la discrimination.

Construire une mosquée ou une synagogue dans une société où le paysage est littéralement façonné par des églises est une simple mesure d’équité. Aménager une salle de prière sur un lieu de travail ou proposer des menus adaptés aux différentes pratiques religieuses sont de simples mesures techniques qui ne posent aucun problème dans une société ouverte et tolérante. Pourtant, aujourd’hui en France, de tels « accommodements » sont régulièrement contestés et les musulmans doivent surmonter des obstacles administratifs ou politiques importants.

La liberté de croyance, de pratique et d’expression religieuse, philosophique et politique est un droit démocratique fondamental que nous devons défendre concrètement.

Libellés : ,


Comments: Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

blogCloud