03 février 2009

 

Plan gouvernemental : une déclaration






Didier Paillard lors d'un rassemblement devant la mairie de Saint-Denis.

Je n'ai pas voté pour lui au premier tour des municipales, car il y avait une liste 100% à gauche conduite par une militante de la LCR. Mais à la différence des camarades de la LCR je n'ai pas eu de mal à voter et à faire voter pour lui au deuxième.


*** de Didier Paillard, Maire de Saint-Denis

Les habitants de Saint-Denis et des banlieues populaires sont les grands oubliés des projets présentés hier par le Premier Ministre.

En dehors de quelques mesures qui ne font que rétablir, sous la pression des mobilisations, ce qui avait été remis en cause, comme par exemple le financement du mur antibruit dans le quartier Pierre Sémard à Saint-Denis, aucun des besoins urgents exprimés à de nombreuses reprises pour lutter contre les exclusions et améliorer la vie des quartiers où demeurent les populations les plus en difficulté ne figure dans ce plan.

Dans les transports, sur les 450 millions d’euros supplémentaires que la RATP investira cette année, il n’y a pas un centime pour la ligne 13 ! Quel mépris pour les dizaines de milliers d’usagers qui sont maltraités chaque jour.

Sur les 400 millions d’euros supplémentaires que la SNCF investira dans l’amélioration du réseau et la rénovation des gares, il n’y a pas un centime pour la ligne B du RER, pas un centime pour rénover la gare centrale de Saint-Denis ou aménager celle du RER D Stade de France.

Sur les 120 millions d’euros qui seront mobilisés en faveur des équipements universitaires, il n’y a rien pour l’Université Paris 8 / Saint-Denis.

Il est tout aussi scandaleux de constater que sur les 66 millions d’euros consacrés à la rénovation des monuments historiques, dont 25 millions pour un plan spécifique de remise en état des cathédrales, il n’y a rien pour la Basilique de Saint-Denis, alors que nous alertons l’Etat depuis plusieurs années sur la dégradation de ce patrimoine, qui est considéré comme la deuxième cathédrale de France après Notre Dame de Paris.

Ces décisions démontrent, de manière caricaturale, le mépris de ce gouvernement à l’égard des habitants des villes populaires, qui ont aussi le défaut de ne pas se résigner face à une politique qui non seulement ne combat pas la crise, mais en aggrave toutes les conséquences.

Dans le même temps, nous assistons à travers ce plan à une grave dérive électoraliste qui consiste à arroser massivement les terres d’élection des ministres et élus de l’UMP, comme en témoignent les 4,6 millions d’euros accordés pour la réalisation de la A86 à Antony, ville chère à M. Devedjian, ou encore les 1,5 millions d’euros accordés aux cathédrales de Versailles et de Meaux, ville dont le maire est M.Coppé.

Une telle attitude bafoue tous les principes de l’égalité Républicaine.

Je me suis adressé au Premier Ministre il y a quelques jours pour demander, au nom de notre Conseil Municipal, une dotation exceptionnelle de 5,4 millions d’euros afin de contribuer au financement de l’ouverture d’une école, d’un centre de loisirs, d’une crèche, d’une Maison des Parents, et au développement des dispositifs de solidarité sociale.

Je renouvelle cette exigence avec force.
Saint-Denis le 3 février 2009

Commentaire

En effet, cela ressemble à de l'acharnement contre une ville et un département qui ont fait des choix politiques qui déplaisent forcément à M Sarkozy.

Libellés :


Comments: Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

blogCloud