04 novembre 2008

 

Election USA


J'ai l'âge de me souvenir des images télévisées des flics blancs tabassant des manifestants anti-ségrégationnistes. Je vois comme si c'était hier les jets d'eau et les chiens de la police du Mississipi et de l'Alabama, le visage haineux des petit-blancs racistes, la dignité des femmes et des hommes de couleur (on disait encore à l'époque 'colored people') et des militants blancs venus les aider ...

Ne boudons donc pas notre plaisir. Qu'un Noir soit élu président des Etats-Unis un demi-siècle après le déclenchement du mouvement pour les droits civiques, avec le soutien massif non seulement des Afro-américains (95% des votants noirs ont voté pour lui), mais aussi des Hispaniques (66%), des femmes de toutes origines (56%), des jeunes (66%) et d'une grande partie des travailleurs blancs, cela fait très très plaisir, même si politiquement les choses sont plus compliquées.

Les syndicats ouvriers comme la majorité des militants du mouvement contre la guerre ont activement fait campagne pour le sénateur de l'Illinois. Ils l'ont sûrement fait avec beaucoup d'illusions. Mais Obama sera peut-être obligé d'en tenir compte. D'autres choix étaient possibles, et il faut saluer la persévérance des candidats de gauche (et on ne peut absolument pas mettre Obama dans cette catégorie, même s'il est préférable à Bush et aux néo-conservateurs) comme Ralph Nader et Cynthia McKinney.

Il faut que la gauche américaine continue à marteler l'idée que les Démocrates poursuivent essentiellement les mêmes objectifs que les Républicains, avec d'autres méthodes et un discours (un peu) plus progressiste. C'est pour cela d'ailleurs qu'ils sont dangereux.



J'ai écouté une partie du discours d'Obama à Chicago le soir de son élection. C'était très beau. Mais il faut l'écouter soigneusement. Son voeu est de rétablir le leadership américain dans le monde, avec tout ce que cela comporte - l'utilisation de la supériorité militaire et de la puissance économique des Etats-Unis ("The Greatest nation in the World") pour imposer leur modèle économique et social. S'il est pour retirer les troupes de l'Irak, c'est pour renforcer la présence militaire en Afghanistan.

Pour cela il bénéficiera - malheureusement, on peut dire - d'un capital de sympathie dans les autres pays du monde et notamment chez les centaines de millions d'exclus qui s'identifieront avec lui en tant que représentant d'une minorité opprimée. Ce capital est à la fois l'expression d'un soulagement général que le règne des Bush est enfin terminé et celle d'une profonde joie que l'injustice raciale qui a marqué l'histoire des Etats-Unis semble en voie de disparition. Mais il est soigneusement entretenu par les médias et politiciens de droite et de gauche, heureux qu'ils peuvent réhabiliter leur alliance stratégique avec un impérialisme américain incarné par un président jeune, beau ... et cool. C'est le véritable sens de l"Obamamanie" qui se déferlent, comme par hasard, sur tous les médias.

Certes, Barack Obama conduira la politique étrangère avec plus de tact que George W. Bush. Il tentera de parvenir à ses fins sans forcément avoir recours aux méthodes du tortionnaire-en-chef actuel. Encore faut-il savoir que comme tous les présidents il sera en grande partie l'ôtage de l'appareil militaire et policier et le complice conscient ou pas du complexe militaro-industriel (il avait le soutien de l'homme le plus riche du monde, Warren Buffet, de l'ancien général et Secrétaire d'Etat républicain, Colin Powell, du président de Google, Inc....).

Nous, on s'oppose au leadership de quelqu'Etat que ce soit. On fait confiance au peuple américain comme aux autres peuples qui un jour sauront renverser le système défendu aussi bien par Obama que par Bush ou McCain. Nous serons sans doute un jour pas très éloigné amenés à manifester contre une administration américaine présidée par un Noir. C'est ça l'égalité !


... in Grant Park in downtown Chicago, there are at least 1 million people, maybe 2 million, filling every visible corner of the huge lakefront area. The pictures on media really are worth a thousand words: dozens of young people with their fists raised in triumph, whole families dancing in the cramped space, tears flowing down the faces of older African American women, flags waving, singing and chanting.

As Lee Sustar described from downtown.

As Obama was headed in his motorcade to speak, people were still streaming toward Grant Park. The crowd is very racially mixed. All ages, though mostly young.

I just encountered a group of 10 Sri Lankan sisters and brothers, non-citizens who came down. "This is a moment to remember," they told me. "We're living through a moment of history. I want to be able to tell my children and grandchildren I was here to cheer on Barack Obama."



Si vous lisez l'anglais, vous pouvez suivre les élections sur le site de Socialist Worker (Etats-Unis) ...

Obama's victory captures the mood for real change (dans Socialist Worker, Grande-Bretagne)

Déclaration d'Olivier Besancenot...

Obama, défenseur de l'empire américain: un article d'Alain Ruff

Un militant américain, Charlie Post, donne son point de vue - assez péssimiste - sur la situation politique à la veille de l'élection présidentielle ...

Dans les archives du Monde Diplomatique on trouve cet éditorial de Serge Halimi, qui dénonce le projet d'Obama de réhabilitation de la "marque américaine" ...

Le dernier article de Serge Halimi résumé le message d'Obama et permet de visionner en entier la fameuse publicité de 30 minutes diffusée sur plusieurs chaînes quelques jours avant l'élection.

Cinq vérités de gauche sur l’élection présidentielle américaine et sur Barack Obama, par Pierre Eyben

Emmanuel Todd est un intellectuel, spécialiste des Etats-Unis, dont les idées tranchent souvent avec le consensus médiatique. Voici ce qu'il a à dire sur la signification de l'élection de Barack Obama ...

Libellés : ,


Comments:
Je crois qu'on peut faire la fête! Défaite écrasante de Bush. Et les attentes de changement vont être fortes. Sans doute Obama va-t-il devoir annuler les réductions d'impôts pour les riches décidées par Bush et améliorer le système de santé. Ce n'est évidemment pas un homme de gauche, mais c'est une excellente victoire symbolique. Sortez le champagne!
 
Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

blogCloud