24 juin 2008

 

Sionisme et Antisémitisme

Un excellent article par Pierre Stamboul sur le blog Changement de société

/.../ L’antisémitisme est-il un racisme comme les autres ? Y a-t-il «unicité» du «judéocide» Nazi ? Il n’est pas facile de répondre à ces questions. L’antisémitisme a été un racisme à part car la plupart du temps, les racistes ne programment pas l’extermination du peuple haï. S’y ajoute le fait que les Nazis ont inventé le concept (absurde) de «race juive». Aujourd’hui, les principales victimes du racisme dans un pays comme la France sont incontestablement les Arabes, les Noirs, les Roms, mais pas les Juifs dont certains ont oublié les souffrances passées et s’imaginent même être passés «de l’autre côté du miroir», du côté de ceux qui n’ont rien à dire contre le racisme ordinaire ou la chasse aux sans papiers. Dans son livre «Le Mal-être Juif», Dominique Vidal montre comment la plupart des préjugés contre les Juifs ont reculé. Quand on demande aux Français s’ils accepteraient un-e président-e de la république ou un beau-fils/belle-fille juif/ve, seule une petite minorité répond non. Il y a 40 ans, c’était la majorité. Affirmer comme le fait le CRIF qu’il y a un renouveau de l’antisémitisme, voire qu’on est à la veille d’une «nouvelle nuit de cristal» est très exagéré./.../

Libellés : , , ,


Comments:
"l'antisémitisme a été un racisme à part car la plupart du temps les racistes ne programment pas l'extermination du peuple haï".
Mais la plupart du temps les antisémites n'ont pas non plus programmé l'extermination des juifs! Seul Hitler, en gros, l'a fait (et aussi envers les tziganes, et, avant, les fous et handicapés). Donc ce qui est à part c'est l'attitude nazie envers les "problèmes" qu'ils voyaient dans une population humaine. Ce qui est à part c'est le philosophe Zygmunt Bauman qui l'a vu. Ce qui a permis à l'antisémitisme (et plus généralement à l'hygiénisme racial) de mener chez les nazis à des extrèmités encore non rencontrées dans le passé, c'est, (en gros, je vous recommande de lire au moins son livre "Modernité et Holocauste") la modernité, c'est (je cite de mémoire, à peu près) "cette tendance typique du modernisme de à vouloir une maitrise totale du réel et de la société" à vouloir tout régenter "dans tous les cas où cette tendance ne rencontre rien qui la bride ou l'arrête". les horreurs nazies sont le produit, comme certaines explosifs, de la jonction de deux ingrédients morbides: 1 le racisme (plus dans le premier génocide, ne l'oublions pas celui-là, c'est très important, c'est je crois celui qui a rendu tout possible par la suite, et c'est celui où on a expérimenté les méthodes d'extermination, d'abord les injections, comme encore de ,nos jours en"euthanasie", puis l'oxyde de carbone, enfin les chambres à gaz, le génocide des fous et des handicapés, dont les affiches stigmatisaient le poids financier, l'aberration hygiénique, etc, donc dans le cas de ce premier génocide: l'hygiénisme, n'oublions pas ce concept)
2 cette volonté technocratique et totalitarisante du modernisme. sans lequel le racisme seul n'aurait jamais été pus loin que, ce qu'il avait déjà produit dans le passé: des persécutions et des pogroms.

Or, donc, si suite à ces drames les gens ont pris l'habitude de mettre en garde devant le racisme ("vous voyez où ça peut mener! faites gaffe!") il n'y a pas eu de prise de conscience, ni de mise en garde devant cet activisme totalitaire absolutiste du modernisme. Et il est toujours là, sans antidote ni garde-fou. Touours aussi dangereux.
Et, justement je pense que c'est le pus grand danger qui nous menace dans l'avenir. Et, contrairement au racisme, les gens n'ont aucun mécanisme de défense contre lui, jusqu'à présent.
 
Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

blogCloud