26 juin 2008

 

Casse-tête autour du foulard : le grand écart des progressistes

Un article publié sur le site de la revue belge Politique.

Meyrem Almaci s'oppose avec raison aux codes vestimentaires introduits récemment dans plusieurs villes flamandes qui interdisent le port du foulard aux guichets des services publics. Elle le fait de façon pragmatique, faisant preuve d'un simple bon sens que nos laîcards français forts de leur conviction de supériorité sont incapables d'apprécier. En voici un exemple :

Je tiens à être claire : moi aussi, je suis partisane de la neutralité, moi aussi je me bats contre toute forme d’oppression. Je pense aussi que toutes les religions, y compris l’islam, doivent pouvoir faire l’objet de critiques. Mais je ne crois pas que l’interdiction de symboles religieux pour des personnes ayant une fonction au guichet serve l’un de ces objectifs. Une interdiction qui, dans la pratique, touche principalement des femmes avec un foulard. Au contraire, l’interdiction est contre-productive. Les partisans du code vestimentaire se réfèrent aux prescriptions vestimentaires comme prolongement de la neutralité. Comme les bâtiments eux-mêmes, le personnel doit aussi exhaler une définition stricte de la laïcité. Il ne peut d’aucune manière donner prise à des discussions quant à la partialité de l’autorité publique. La conséquence d’une telle vision est une société où tout est gris et surtout, des pouvoirs publics qui sont une négation de la diversité. Là où la diversité est effacée, l’unité surgirait-elle d’elle-même ? C’est une vision de la société que je ne partage pas. Je ne crois nullement que la séparation entre Église et État est menacée par l’aspect extérieur des gens. La neutralité n’est pas stérile : elle ne dépend pas du vêtement, mais d’un traitement égal de chaque client au guichet. Les personnes travaillant pour l’État doivent traiter chacun de la même manière. En bref : le personnel doit être jugé sur son travail et non sur son apparence.


Le parti nationaliste flamand d'extrême droite Vlaams Belang est la principale force derrière ces mesures disriminatoires et anti-démocratiques et il base son argumentation en grande partie sur l'exemple ... de la loi française de 2004 interdisant le port des signes religieux à l'école. Ce qui renforce ma conviction que la gauche doit revendiquer son abrogation immédiate. Evidemment, je rêve ...

A propos de la mixité, cet interview intitulé Les accusations de communautarisme me paraissent surtout une maniere de stigmatiserl'islam de Emile Poulat me paraît également plein de bon sens. En effet, on peut préférer la mixité partout (?) mais ce ne sont pas des séances non-mixtes à la piscine qui remettent en cause les fondements de la société. D'ailleurs il me semble que beaucoup d'activités sportives et physiques sont effectivement pratiquées par des groupes non-mixtes. Nos champions de la "laïcité à la française" etc etc vont-ils revendiquer des équipes de foot ou de rugby mixtes ou des courses d'athlétisme mixtes ?

Comme dit l'auteur, c'est uniquement parce que la demande de séances non-mixtes vient d'associations musulmanes (donc d'Arabes ou de Turcs) que cela provoque un tollé. Comme aurait dit Bill Clinton, "c'est du racisme, idiot".

Cependant, je ne comprends pas sa conclusion. En quoi "le chant du muezzin" trouble-t-il "l'équilibre social" (plus par exemple que le bruit parfois insupportable du clocher) ? Surtout dans la mesure où l'islam en France se pratique presque partout de façon plus que discrète, ce qui en soi est regrettable considérant l'omniprésence de bâtiments et de cérémonies réligieuses chrétiennes.


A Saint-Denis, le projet de Grande Mosquée traîne, la Mosquée actuelle n'est rien d'autre qu'une grande tente

Le pseudo problème de la non-mixité est venu perturber une initiative tout-à-fait anodine dans une petite ville de l'Isère, dont le maire divers gauche semble avoir une attitude correcte. Mais il a dû céder face à un barrage de protestations venant à la fois d'auteurs de lettres anonymes racistes et de la secrétaire d'Etat 'femme issue de l'immigration de service' (de Nicolas Sarkozy) Fadela Amara :

Pour nous, il ne s'agit pas d'une atteinte à la laïcité, persiste à penser Patrick Margier, le maire (div. gauche) de cette commune de 6 700 habitants. La cinquantaine de femmes qui ont participé à cet essai étaient de tous âges et de toutes nationalités, en maillot de bain, sans signe distinctif. On a voulu leur tendre la main et je regrette que les gens ne soient pas plus tolérants." Depuis la médiatisation de cette expérience, il a reçu des dizaines de lettres, dont des courriers anonymes, l'accusant entre autres "de vendre la France aux Arabes".

En Suisse aussi, l'offensive islamophobe avance, mais rencontre heureusement des résistances : Le grand conseil zurichois refuse d'interdire les minarets.

Libellés : , ,


Comments: Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

blogCloud