06 mai 2007

 

Saint-Denis où il fait bon vivre

Résultat du 2ème tour de l'élection présidentielle, le 6 mai 2007, à Saint-Denis :

Ségolène ROYAL : 67,97%

Nicolas SARKOZY : 32,03%

Saint-Denis arrive même en tête de toutes les villes de France, à l'opposé exact de Neuilly où Sarkozy fait 86,81% (la preuve d'ailleurs que le nouveau président "de tous les Français" est la véritable incarnation de la "fracture sociale" que Chirac voulait réduire !).

La comparaison avec 1995 (2002 étant atypique pour les raisons qu'on connaît) démontre que le peuple n'a pas dit son dernier mot. En effet, avec 12% de plus de participation (82% contre 70%), la candidate de la gauche fait 6% de plus que Jospin, Sarkozy fait 6% de moins que Chirac.

Chirac, on se souvient, promettait de réduire la "fracture sociale", aujourd'hui, la majorité des habitants des banlieues populaires l'ont compris, Sarkozy menace de l'aggraver. En plus, la "politique arabe" de Chirac pouvait faire croire qu'il était du côté du peuple palestinien et du monde arabe en général. Personne ne peut avoir de telles illusions dans la politique de Sarkozy.

Le vote des dionysiens - et du 47% des Français qui ont voté comme eux - est-il pour autant une marque de confiance en Ségolène Royal et son parti ? Rien n'est moins sûr, car plusieurs sondages démontrent que si le vote Sarkozy est très majoritairement un vote d'adhésion à son projet, le vote Royal est beaucoup plus un vote de rejet du candidat de la droite. Ce qui revient à dire que c'est Sarkozy qui a en grande partie imposé les termes du débat. Pas étonnant, dans ce cas, que la majorité de ceux qui ne s'identifient ni à la droite ni à la gauche ont choisi le candidat dont les idées semblaient les plus claires, celui qui visiblement voulait le plus gagner parce qu'il savait ce qu'il voulait faire.

Libellés :


Comments: Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

blogCloud