25 novembre 2006

 

APPEL : La gauche antilibérale doit se ressaisir

samedi 2 décembre à 12 heures : 3 923 signatures !

Signez l'Appel

Depuis six mois, un processus de rassemblement de la gauche antilibérale s’est engagé. Des collectifs unitaires se développent. Des meetings chaque fois plus nombreux se tiennent. Des militants de toutes sensibilités se rejoignent et apprennent à travailler ensemble. Une dynamique unitaire, puissante et inédite, s’affirme de jour en jour. Tout indique que, comme aux Pays-Pas, la gauche antilibérale peut faire une percée électorale et changer profondément la donne politique dans notre pays.
Mais, malgré ses avancées, cette dynamique unitaire est aujourd’hui menacée : démission de Raoul Marc Jennar du collectif national, retrait de la candidature de José Bové, engagement par la LCR de la candidature d’Olivier Besancenot, forcing du PCF pour imposer la candidature de Marie-George Buffet… L’aventure unitaire antilibérale risque de s’achever dans la division, la confusion et la démoralisation. Au moment où le ségolénisme triomphe dans le PS et où Le Pen parvient à des niveaux jamais atteints dans les sondages.
Il est plus que temps de nous ressaisir !
Nous appelons la LCR à rejoindre le processus unitaire et à retirer la candidature d’Olivier Besancenot. C’est d’autant plus nécessaire que la désignation de Ségolène Royal par le Parti Socialiste, qui confirme clairement les choix socio-libéraux de ce parti, rend aujourd’hui possible un dépassement des divergences qui ont opposé la LCR et le collectif national sur les relations avec le parti socialiste.
Nous appelons le PCF à prendre conscience que Marie-George Buffet n’est pas en mesure de représenter la diversité de notre rassemblement et à renoncer à cette candidature.
Nous appelons Raoul Marc Jennar et José Bové à reprendre leur place dans ce rassemblement.
Nous appelons à un sursaut et à une entente pour que les 9 et 10 décembre soit désigné(e) un(e) candidat(e) autour de qui toute la gauche antilibérale pourra se rassembler.
Ne bradons pas l’espoir du 29 mai !
Rémy Jean, Françoise Laroche, Jacques Lerichomme, Slimane Toudert
(militants des collectifs des Bouches du Rhône)
Nous appelons les militants de la gauche antilibérale à signer massivement cet appel.

Déclaration des courants minoritaires de la LCR (plates-formes 3 et 4) parties prenantes des collectifs unitaires

Il est possible de réussir, mais il y a urgence. Réagissons ensemble !

Aujourd'hui, le rassemblement unitaire est en danger. Pourtant, 1500 personnes au Mans, 3200 à Grenoble, 4000 à Montpellier c'est la confirmation d'une attente, l'espoir d'une réponse antilibérale de gauche. Les tribunes symbolisent la diversité d'expériences et de courants qui font la richesse de notre convergence. C'est la conscience collective de retrouver la force de la campagne contre le TCE et de pouvoir aller encore plus loin.

A la veille de 2007, on prétend réduire la démocratie au choix entre l'ultra libéralisme autoritaire de Sarkozy et un social-libéralisme teinté d'autoritarisme de Royal, à présent désignée comme candidate du Parti socialiste… Avec Le Pen qui revient dans les premiers rangs. Plus que jamais une voie réellement de gauche doit être ouverte. Celle d'une rupture franche, sociale et démocratique, avec le libéralisme, et les diverses formes d'alliances gouvernementales avec un Parti socialiste de plus en plus social-libéral.

Avec le texte adopté le 10 septembre et le programme qu'ils élaborent, même s'il demeure des ambiguïtés avec le Parti communiste autour de la volonté de « rassembler toute la gauche », les collectifs ont posé les bases d'un rassemblement durable, apte à changer la donne à gauche. Nous avons réussi les 2 premières étapes. Allons-nous gâcher cela maintenant ? Alors que nous combattons la logique des institutions, le présidentialisme et la personnalisation outrancière de la vie politique, dont nous voyons tous les effets pervers, pouvons-nous échouer sur cette question ?

Dans ce moment décisif, il faut dire clairement les choses.

Tout d'abord, en ce qui concerne notre propre organisation, nous, minoritaires au sein de la LCR, contestons la politique de sa direction qui se refuse à prendre acte des avancées positives réalisées par les collectifs. Plutôt que de travailler à lever les obstacles à des candidatures unitaires, la direction de la LCR pour justifier la candidature Besancenot en ajoute de nouveaux, comme en témoigne la dernière interview dans le Monde. Cette politique mène à une impasse.

Le retrait de José Bové, même s'il s'appuie sur des critiques justifiées à l'encontre du PCF et de la LCR, ajoute à la confusion ambiante et à la démoralisation qui menace. José Bové doit rester dans le rassemblement, en être un porte parole et un candidat aux côtés d'autres.

La direction du Parti communiste prétend aujourd'hui imposer la candidature de Marie George Buffet. Cela mènerait droit à l'échec. Il n'est pas question pour nous de contester le rôle des partis politiques. Depuis des mois, nous avons expliqué que les qualités de Marie George Buffet n'étaient pas en question, mais qu'il n'est pas possible de donner l'image d'un rassemblement se faisant autour du Parti communiste. Il faut que le Parti communiste ait toute la place qui lui revient dans le rassemblement, il faut que Marie George Buffet soit une porte parole et une candidate aux côtés d'autres. Vouloir passer outre à l'évidence du nécessaire respect de la diversité, piétiner le nécessaire consensus dans la désignation du candidat, c'est condamner à mort le rassemblement.

Il est encore temps d'empêcher l'éclatement. Nous devons, ensemble, trouver une solution qui garantisse l'unité du rassemblement, la place de chaque force en son sein, les capacités d'ouverture à d'autres qui voudront ultérieurement le rejoindre. Il faut jouer collectif !

Le nom qui figurera sur le bulletin de vote doit être un trait d'union entre les diverses sensibilités du rassemblement, entre les principales figures du mouvement que sont Marie George Buffet et José Bové. Comme en témoignent les premiers procès verbaux remontant des collectifs, des possibilités d'accord sur un nom existent, notamment celui de Clémentine Autain ou de Yves Salesse.

Nous ne devons avoir de cesse d'élargir notre rassemblement pour que personne ne manque sur la photo, à commencer par Olivier Besancenot. Il faut aussi s'adresser aux militants socialistes et à Jean-Luc Mélenchon. Et ce avec la volonté de redessiner l'arc de forces qui a permis la victoire du 29 mai, en s'appuyant sur l'ambition, la stratégie et le programme qui ont été élaborés collectivement ces derniers mois.

Nous en appelons à José Bové pour qu'il rejoigne le collectif des porte parole. Nous en appelons à Marie George Buffet et à tous les militants communistes, afin qu'ils agissent pour donner son essor à notre campagne.

Nous appelons les collectifs, dans leur diversité, à être acteurs, dès maintenant, pour que les 9 et 10 décembre soit notre 3ème marche franchie, et que nous démarrions la campagne de cette gauche antilibérale à laquelle nous aspirons tous. Celle-ci, pour la première fois, peut se concrétiser, alors que la nécessité d'un rassemblement antilibéral est déjà démontrée. L'enjeu est décisif. Nous pouvons, nous devons réussir.

Le 26 novembre 2006

Déclaration du PCF (28 novembre 2006)

Libellés :


Comments: Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

blogCloud