22 septembre 2006

 

'De gauche, mais ...' de Uri Avnery

"Je ne pense pas que la guerre aurait atteint des proportions aussi monstrueuses sans le soutien massif des gens « de gauche-mais » qui a rendu possible la formation d’un consensus général, sans entendre la protestation du camp de la paix cohérent."

Un texte à lire ABSOLUMENT, du début jusqu'à la fin.

"On dirait que nous avons toute une communauté de « gens de gauche-mais »,
qui proposent d'annihiler des villages libanais, de transformer le Liban en
un monceau de ruines, de détruire sur la tête de ses habitants tout immeuble
où Nasrallah est censé (ou non) séjourner. Et, pendant que nous y sommes, de
balayer Gaza de la surface de la terre.

Quand je tombe sur de telles phrases à la télévision, à la radio, dans les
journaux, je suis tenté de prier : Mon Dieu, donne-moi des fascistes purs et
simples plutôt que ces 'de gauche-mais'".

"Depuis le début du mouvement travailliste juif dans le pays, la gauche a
souffert d'une contradiction interne : elle était à la fois socialiste et
nationaliste. De ces deux composantes, le nationalisme était de loin la plus
importante. Ainsi l'appartenance à l'organisation syndicale, Histadrout,
était fondée sur la classification ethno-nationale : un Arabe n'avait pas le
droit de devenir membre de cette organisation dont le nom officiel était 'Organisation générale des travailleurs hébreux d'Eretz Israel'".

Libellés : ,


Comments: Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

blogCloud