27 juillet 2009

 

Urgent - Envie de lire – Librairie en danger

***
par Laurent Lévy

Créée il y a dix ans par des militants, pour assurer la présence du livre dans une commune de banlieue, la librairie Envie de lire, à Ivry-sur-Seine, traverse aujourd’hui une passe très difficile. Elle doit répondre avant la fin du mois d’août aux exigences de son banquier, à peine de voir sa situation gravement compromise, mettant en cause son existence même.

Il faut savoir que la plupart des librairies indépendantes, « de proximité » parviennent à équilibrer leur gestion grâce à un volant suffisant de commandes publiques : c’est ce qui fait défaut à Ivry. La librairie n’est pas à la recherche « d’aides » ou de « subventions », mais de commandes. Elle ne demande qu’à faire son travail – qu’elle fait remarquablement bien ; les quelques collectivités ou structures publiques avec lesquelles elle travaille en savent quelque chose. Et plus encore les usagers de la librairie elle-même.

La librairie Envie de lire (2, rue Gabriel Péri, 94200, Ivry-sur-Seine, Métro Mairie d’Ivry, ligne 7, ou RER Ivry-sur-Seine, ligne C) est au demeurant une librairie qui fonctionne plutôt bien, grâce au travail acharné de ses libraires, qui se payent quand ils peuvent leur SMIC mensuel. Quand ils peuvent, c’est à dire souvent avec retard. Aujourd’hui, ils ne peuvent simplement pas.

Les difficultés d’une librairie, ce n’est pas, comme le discours dominant – hélas souvent repris à gauche – le laisserait entendre, les difficultés du « petit commerce ». Une librairie n’est pas d’abord une « entreprise », mais un élément de la vie culturelle de la cité. C’est un lieu de débats, formels et informels, de rencontres, organisées et inorganisées, et bien sûr, de diffusion de la culture et de la pensée.

L’implantation de la librairie, au cœur d’une cité populaire située en plein centre ville d’une commune de la « petite couronne » lui permet de drainer le plus varié des publics. Les libraires sont en outre partout présent ; ils multiplient les « tables », sur le parcours des manifestations, dans des meetings, des réunions publiques, des colloques, des congrès divers. Ils consentent des dépôts à diverses organisations pour leurs propres initiatives, lorsqu’ils ne peuvent pas assurer eux-mêmes la tenue des « tables ».

Envie de lire édite une « gazette » (à laquelle on peut s’abonner par mail, enviedelire@free.fr - adresse à laquelle on peut également passer ses commandes…)

La librairie dispose d’un fonds impressionnant de livres neufs comme de livres épuisés, à la fois en littérature générale, en sciences sociales, et dans divers fonds spécialisés. Elle assure par ailleurs un service très rapide de commande des livres dont elle ne dispose pas : le plus souvent en deux ou trois jours.

Les libraires sont par ailleurs investis dans des activités militantes, en particulier contre la précarité (des liens étroits existent avec l’APEIS) et en solidarité avec la lutte du peuple palestinien.

Chacune et chacun peut faire quelque chose pour permettre à cette librairie exemplaire de sortir de sa mauvaise passe : toute commande estivale est la bienvenue, même s’il s’agit d’un livre ou deux ; ceux qui ne peuvent pas se déplacer seront livrés à domicile.

Je sais bien que cette liste n’est pas destinée à assurer de quelconques promotions commerciales, mais ce n’est pas, ici, de cela qu’il s’agit : c’est d’une demande urgente de solidarité utile. Il ne reste que quelques semaines pour éviter le pire… J’ai donné l’adresse, l’adresse mail : reste à faire circuler cette information. Et bonnes lectures estivales !

Laurent Lévy

Comments: Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

blogCloud